Architecture industrielle & commerciale

Dans l’architecture industrielle et commerciale, la couleur doit jouer son rôle habituel esthétique : minoration de l’impact visuel dans le paysage, intégration de la construction dans son site naturel ou bâti, animation graphique et signalétique des façades et des espaces intérieurs, mise en valeur de l’image de marque industrielle, organisation des circulations et des volumes, agrément d'accueil, respiration et facilitation d'utilisation. Mais bien au-delà de ce rôle fonctionnel immédiat, la couleur a un rôle d’information, d'orientation, voire de prévention, grâce à une codification des couleurs en fonction du type de messages à faire passer : répartition et zonages, distribution des espaces, indications visuelles de repérage, hiérarchisation des informations, sensibilisation aux dangers, prévention des accidents, qualification des différents flux et circulations (chaud, froid, eau propre, rejets industriels, gaz). La couleur acquiert une nouvelle dimension informative, signalétique, codifiée et normée, rationnelle et sécuritaire.

1. Centre commercial Qwartz à la Bongarde, Villeneuve-la-Garenne

Centre commercial Qwartz à la Bongarde, Villeneuve-la-Garenne

Le nouveau centre commercial Qwartz a vu le jour à Villeneuve-la-Garenne en 2014. La couleur est étudiée par A3DC en complément du travail des architectes. Côté architecture, le cabinet DGLa a imaginé trois styles de façades, comme trois réponses à l’environnement du site : des courbes ondoyantes face à la Seine, la plantation d’une vigne vierge vers la coulée verte, un travail particulier sur l’axe principal pour éviter un effet de masse. Les façades s’y présentent sous la forme d’un découpage volumétrique, instaurant une lecture d’échelle typiquement urbaine, appuyée par le jeu des couleurs composant chaque volume. Le projet ayant été conçu dans une démarche de haute qualité environnementale avec notamment la récupération des eaux pluviales, l’utilisation maximale de la lumière naturelle et l’installation de terrasses végétalisées, la gamme des verts végétaux et des bleus grisés aquatiques est le registre des couleurs traduisant le mieux cette revendication naturellement écologique, entre la couleur des eaux de Seine, les tons de ciel brumeux et les tonalités d'une nouvelle promenade arborée en bord de fleuve.

2. L'Oréal Clinique du Cheveu, Centre de Recherche appliquée et de Développement

L'Oréal Clinique du Cheveu, Centre de Recherche appliquée et de Développement

Le nouveau Centre de Recherche appliquée et de Développement capillaire de L’Oréal à Saint-Ouen livre une partie essentielle de la richesse de l’entreprise et de sa complexité. Y sont hébergés trois métiers fédérateurs — coloration, hygiène et forme — et leur plateau de recherche ainsi qu’une salle d’évaluation — un lieu ouvert au public où près de 250 personnes testent les nouveaux produits développés. Ce lieu HQE, ouvert sur la ville, devient la vitrine de l’entreprise et de sa mission. Affirmant impérativement une rigoureuse fonctionnalité, le centre réussit à retranscrire les valeurs-clés du groupe (beauté, qualité, performance). Pour être à la hauteur de la marque, la collaboration entre le cabinet Serau et A3DC a opté pour une coloration immatérielle des espaces intérieurs, utilisant la diffraction de la lumière naturelle, l’impermanence de la lumière solaire, l’iridescence du spectre coloré.

3. UNIFA - Union Nationale des Industries Françaises de l'Ameublement

L’UNIFA, Union Nationale des Industries Françaises de l’Ameublement, a confié à Fresh Architectures le soin de transformer un immeuble de 6 étages du patrimoine parisien historique en un showroom moderne, véritable vitrine du savoir-faire et de la technologie de ses affiliés. Le parti-pris est de restructurer la façade en même temps que de redonner au bâtiment prestige et modernité. Tout en respectant la sobre palette caractéristique de l’Art Déco qui valorise la couleur des matériaux, A3DC booste la perception, les contrastes et la force de la façade par un jeu graphique de neutres chauds et de neutres froids saturés à la limite du gris graphite, à l’aspect aussi industriel que moderniste. La façade Art Déco est réhabilité, modernisée, tout en obtenant l’aval de l’Architecte des Bâtiments de France pour une coloration aussi puissante en plein Paris… Le travail de la couleur se poursuit en intérieur, avec la coloration des espaces de travail et d'accueil.

4. Chantiers navals, La Ciotat

Chantiers navals de La Ciotat

Un véritable cas d’école. Tenant compte de la situation géographique particulière de La Ciotat dans une zone touristique reconnue, à l'intérieur d'un site ancien de grande qualité patrimoniale à l'architecture provençale, comment concilier le développement des Chantiers navals avec les exigences de la Commission de Protection des Sites, très attachée à la protection d'un site méditerranéen d'intérêt particulier ? Fallait-il peindre en bleu marin les infrastructures portuaires pour qu’elles se fondent dans la mer à l'horizon, vues depuis la ville, ou dans les tons minéraux de la ville pour qu’elles disparaissent, vues du littoral ? Après une étude d’impact, A3DC préconise d’employer pour la coloration du chantier industriel une gamme de couleurs proches de celles de l’architecture de la ville ancienne, des tons de pierre claire et d'enduits qui intègrent parfaitement les grues des chantiers à l’identité ensoleillée des vieux quartiers du port.

5. Parc des Princes, Boulogne-Billancourt

Parc des Princes

Un pur exercice de coloration des entrées et accès au plus célèbre stade de Paris, Porte de Saint-Cloud, avec la création de sa boutique de vente, entre couleurs institutionnelles et couleurs architecturales. Les bleus emblématiques et chaleureux des deux grandes équipes en résidence au Parc sont traités en camaïeu, sous forme de larges bandes, depuis le lavande clair jusqu’à l’outremer des murs, pour reprendre et mêler les couleurs identitaires du Paris Saint-Germain et du Stade Français. La gamme des bleus guide la foule des supporters, à l’entrée du stade, vers les gradins bruyants et animés des matches de Division I et du Top14, grâce à un plan général de répartition et d’organisation de la couleur. Pour le Parc des Princes, bâtiment désormais patrimonial et datant de 1972, la conception originale de Roger Taillibert est modernisée et réactualisée, lors d’un récent programme de coloration et de réhabilitation qui lui sert de lifting. C'est d'ailleurs la volonté de la ville de Paris et des exploitants du Parc de constamment remettre au goût du jour cette infrastructure sportive emblématique de qualité.

6. General Electric-BorgWarner, Villiers Saint-Sépulchre

General Electric-BorgWarner

Le projet est plaisant de rénover un vieux bâtiment industriel du XIXe siècle au charme suranné, structuré d’une ossature métallique de type Eiffel et de briques industrielles, à Villers-Saint-Sépulcre. On y produit cependant des composants les plus perfectionnés pour l’automobile et une mise à niveau du centre technologique de GE imposait qu’elle lui redonne modernité et éclat. Là encore, la couleur joue de la séduction et de la technicité. Un vrai ravalement de façade, essentiel pour l’image de marque et sa dynamisation, l’agrément des conditions de travail, l’intégration au site. La couleur du site est ainsi gérée de façon à limiter le nombre de références, garantir la pérennité de sa maintenance, instituer un clair repérage des zones et des circulations : stockage, production, laboratoires de polymérisation, lignes d’essai des composants, développement d’applications et de produits, ateliers de moulage de pointe. La couleur comme mission d’humanisation…

Go Top